Mots-clés

, , , , , ,

Voici la traduction d’un communiqué du secrétariat international de l’AIT au sujet de ce qui semble s’annoncer comme le début d’une bataille légale entre deux organisations au sujet de l’utilisation du nom « CNT-AIT ».

*****************************************

Déclaration sur les attaques contre la CNT-AIT

L’AIT condamne fermement la dernière série d’attaques contre notre section espagnole, la CNT-AIT. Cette fois, les attaques ne viennent pas des patrons ou de l’Etat, mais des dirigeants de l’ancienne section qui ont commencé un harcèlement juridique contre la confédération dans un acte d’agression illégitime contre l’AIT et sa section espagnole.

Après le XXVe Congrès de l’AIT, quelques factions de peu d’anciennes sections ont commencé une campagne contre l’Internationale qui s’est terminée par leur défédération.

L’ancienne section, CNT, a décidé lors de son XI Congrès de continuer à ne pas payer ses cotisations à l’AIT, enfreignant ainsi les statuts de l’AIT et entamant le processus de fondation d’une autre internationale, au lieu de continuer dans l’AIT. Le XXVI Congrès de l’AIT a décidé que la CNT qui acceptait ce processus n’était plus notre section mais que les camarades d’Espagne qui voudraient continuer à participer à l’AIT pouvaient le faire. Ces camarades étaient d’anciens camarades de la CNT-AIT qui ont décidé de reconstruire la section espagnole traditionnelle et l’ont fait à travers une série de congrès tenus en 2016 et 2017. L’AIT a alors lancé l’appel pour un Congrès extraordinaire qui s’est tenu en 2017 pour traiter de cette question. Le Congrès a décidé que le CNT-AIT est notre section espagnole et est la continuation de notre section puisque ces camarades n’ont jamais décidé de partir.

Ainsi, l’AIT, qui est une fédération d’organisations à travers le monde, continue en Espagne, à travers la Fédération restructurée aux Congrès de Benissa et Villalonga, qui a actuellement son Secrétariat dans la ville de Grenade. La Confédération qui s’est séparée de l’AIT a actuellement son siège à Bilbao. Considérant qu’elle a transgressé les statuts de l’AIT, qu’elle s’est retirée de ses processus statutaires, qu’elle a annoncé son intention de former un autre international et elle a été formellement défédérée en 2016 lors du XXVI Congrès de l’AIT, elle n’y est donc plus fédérée et ne peut prétendre être la CNT-AIT. L’acronyme AIT, logiquement, dénote l’appartenance à l’AIT et cette confédération a perdu son adhésion. L’AIT ne reconnaît que l’utilisation de l’acronyme AIT pour ses sections et en Espagne, la CNT-AIT est notre section membre.

L’ancienne section, soit la Confédération qui a son siège à Bilbao, a entamé des poursuites judiciaires contre ses anciens camarades, bien qu’ils n’aient absolument rien à dire sur qui peut utiliser cet acronyme: la décision sur qui fait partie de l’AIT appartient aux sections membres, qui décident collectivement des questions liées à l’affiliation, conformément à ses statuts. Nous condamnons fermement l’utilisation de tels moyens
par les anciens camarades qui savent que l’AIT a refusé d’utiliser de telles méthodes à diverses occasions. En outre, nous soulignons le fait que divers organisations appelées CNT existent en Espagne depuis plus de deux décennies, mais sans jamais avoir utilisé le harcèlement légal les uns contre les autres.

Un tel virage entraînera un long conflit avec l’AIT, solidaire de ses membres. Il montre également la possibilité de nouveaux conflits entre diverses organisations à travers le monde. Les architectes du nouveau projet international ont fait des déclarations à de potentiels futurs affiliés à savoir qu’ils ne sont pas intéressés à se battre contre l’AIT et feraient quelque chose de nouveau, mais les actions de l’ancienne section espagnole et compagnie démontrent une version différente des choses.

La CNT renovée de Bilbao n’a pas droit au nom CNT-AIT. Point à la ligne. Ceux qui ont droit à ce nom sont ceux qui n’ont pas quitté l’AIT, ceux qui sont restés fidèles aux objectifs et aux tactiques de l’Internationale, qui ne se sont pas égarés
de ses traditions organisationnelles ou cherchés à renverser ses statuts et procédures statutaires. Et ces camarades auront le plein soutien de l’AIT dans la défense de ses intérêts et de son héritage.

Une attaque contre un est une attaque contre nous tous!
Mort à l’Etat et à ses alliés!
Ne touchez pas à la CNT-AIT anarchosyndicaliste!

 

Publicités