L’auteur pro-féministe Chris Crass souligne ici les stratégies pratiques pour minimiser la domination de tous les jours. Il a aussi donné une conférence sur le « féminisme pour homme » à Montréal au Center for Gender Advocacy. Voici le lien vers la vidéo de la – vraiment dynamique et intéressante – conférence. Malheureusement, il n’y a pas de sous-titres en français.

Nous sommes confrontés à des hiérarchies informelles héritées de la socialisation et des inégalités matérielles. En tant que privilégiés, comment pouvons-nous rester fidèle à notre aspiration d’une société égalitaire? Les lignes qui suivent représentent à la fois

  • de bonnes habitudes d’introspection et de « désempowerment » (traduction libre : « affaiblissement personnel ») pour que les personnes privilégiées,
  • un guide de pratiques anti-autoritaires concrètes et
  • des principes qui aident à voir comment les hiérarchies informelles que nous reproduisons à notre insu contribuent aux inégalités sociales.

Comme le point 13 le dit : cette liste n’est pas limitée aux hommes blancs, ni n’est orientée dans le but de tous les placer dans une seule et même catégorie. Cette liste est orientée dans le but de défaire les modes de domination qui minent notre mouvement et font du mal à chacun d’entre nous, les uns envers les autre. Les hommes blancs ont beaucoup de travail à faire, mais si nous nous supportons et nous remettons en question les uns les autres, tout en construisant des relations de confiance et de compassion, nous pouvons nous guérir par ce processus.

Pour plus de lectures (en anglais seulement), consultez: On the road to healing: A booklet for men against sexism

Des outils pour les hommes blancs œuvrant pour le changement social

Par Chriss Crass

1. Entraînez-vous à remarquer les personnes présentes dans les rencontres. Combien de personnes de genre privilégié (hommes biologiques) y a-t-il dans la salle? Combien de femmes, et combien de personnes transgenres? Combien de personnes blanches et combien de personnes de couleur? Les gens dans la salle sont-ils majoritairement hétérosexuels? Y a-t-il des Queers? Quels sont les contextes de classe des gens? N’assumez pas que vous connaissez tout le monde, mais travaillez également à demeurer au courant : Écoutez ce que les gens disent et discutez avec vos collègues et camarades seul à seul.

2. a) Comptez combien de fois vous parlez et vérifiez le temps que vous prenez à chaque fois
b) Comptez combien de fois les autres parlent, et demeurez conscient du temps qu’ils prennent.

3. Gardez en tête le fait d’écouter activement ce que les autres personnes ont à dire, plutôt que de simplement attendre votre tour en pensant à ce que vous direz ensuite. Gardez un cahier de notes afin de vous permettre d’écrire vos pensées et ainsi mieux être concentré sur ce que les autres disent. En tant qu’homme blanc ayant la parole facile, j’ai trouvé très utile de noter mes pensées et d’attendre d’écouter ce que les autres ont à dire (Fréquemment, d’autres personnes penseront de façon similaire à vous, et vous pourrez mieux supporter leur initiative).

4. Participez à des rencontres, ou passez du temps avec des gens en gardant le focus sur l’écoute active et l’apprentissage, sans vous préoccuper de si oui ou non vous avez quelque chose d’utile à dire, en valorisant le savoir et les expériences des autres.

5. a)Portez attention au nombre de fois où vous proposez vos idées au groupe avec lequel vous travaillez b) Remarquez le nombre de fois où vous supportez les idées d’autres membres du groupe.

6. Habituez-vous à soutenir les autres personnes en leur demandant d’élaborer et d’exprimer leur pensée plus en profondeur.

7. a) Tâchez de remarquer quelles parts d’un travail reçoivent les mérites, et de qui l’import est le plus reconnu.
b) Habituez-vous à reconnaître le travail d’un plus grand nombre de personnes, et de le faire plus fréquemment. Cela inclut également, en tant qu’hommes, de supporter d’autres hommes et d’ainsi remettre en cause la dynamique compétitive dans laquelle les hommes sont portés à interagir.

8. Habituez-vous à demander aux gens ce qu’ils pensent des évènements, des idées, des actions, des stratégies et des différentes visions. Les hommes blancs tendent à parler entre eux et à développer des liens forts qui se manifestent dans l’organisation. Ces structures de support informelles aident aussi bien souvent à renforcer les structures de leadership et de dominations informelles. Demander aux gens ce qu’ils pensent et écouter sincèrement est un ingrédient clé pour une dynamique de groupe saine; Pensez à ceux à qui vous posez des questions, ainsi qu’à ceux que vous écoutez vraiment. Développer le respect et la solidarité entre les « races », les classes, les genres et les sexualités est une chose complexe et difficile, mais absolument cruciale et libératrice. Les personnes les plus affectées par les systèmes d’oppressions ont et auront un rôle principal dans la lutte pour la libération collective.

9. Soyez avertis du nombre de fois où vous demandez aux gens de faire quelque chose, par opposition au fait de dire aux autres « ce qui doit être fait » : La logistique, la garde d’enfants, les appels téléphoniques, la cuisine, le support émotionnel et la prise de contacts avec les gens sont souvent des responsabilités sous-évaluées prises en charge par des personnes de genre opprimé (femmes biologiques et personnes trans).

10. Réfléchissez à cet adage : « On aura besoin de vous dans le mouvement le jour où vous réaliserez qu’on n’a pas besoin de vous dans le dit mouvement. »

11. Menez une lutte et un travail avec en tête le modèle d’un chef de groupe dont la responsabilité première est d’aider d’autres chefs à se développer, et pensez à ce que cela veut dire pour vous : Comment vous supportez les autres, et de quel support vous avez besoin de la part des autres. Cela inclut des hommes offrant un support émotionnel et politique à d’autres hommes : Comment les hommes peuvent travailler à être des alliés les uns pour les autres dans la lutte visant à développer des modèles radicaux de « masculinité » antiracistes, disposant d’une conscience de classe, féministes et pro-queer, attaquant les catégories et rôles de genre stricts et binaires. Il s’agit également de lutter pour reconnaître les rôles de leadership tout en redéfinissant le leadership en tant que travail actif à construire un pouvoir AVEC les autres plutôt qu’un pouvoir SUR les autres.

12. Rappelez-vous que le changement social est un progrès et que notre transformation et notre libération individuelle est intimement reliée avec les transformations et les libérations sociales. La vie est profondément complexe et soulève de nombreuses contradictions. Souvenez-vous que le chemin que nous empruntons est guidé par l’amour, la dignité et le respect, même lorsque ce dernier nous amène au bord des larmes, ce dernier étant difficile à suivre. Alors que nous luttons, permettons-nous également de nous aimer les uns les autres.

13. Cette liste n’est pas limitée aux hommes blancs, ni n’est orientée dans le but de tous les placer dans une seule et même catégorie. Cette liste est orientée dans le but de défaire les modes de domination qui minent notre mouvement et font du mal à chacun d’entre nous, les uns envers les autre. Les hommes blancs ont beaucoup de travail à faire, mais si nous nous supportons et nous remettons en question les uns les autres, tout en construisant des relations de confiance et de compassion, nous pouvons nous guérir par ce processus.

14. Les modes de domination au jour le jour sont la colle qui maintient les systèmes de domination mêmes. La lutte contre le capitalisme, la suprématie blanche, le patriarcat, l’hétérosexisme et l’état sont également des luttes vers la libération collective.

Personne n’est libre à moins que tous ne soient libres. Tous mes remerciements et tout mon amour à mes camarades dans le Bay Area gender privileged men’s group de la Ruckus Society et le Men’s group (hommes biologiques et transgenres) du Challenging White Supremacy Collective. Pour plus de lectures (en anglais seulement), consultez: On the road to healing: A booklet for men against sexism.

Advertisements