Simple et rapide description d’un courant qui me semble amener une perspective pertinente sur le rapport entre l’organisation politique communiste et les classes sociales. Reste à voir comment le Parti s’organise une fois « la prise du pouvoir politique ». L’éventualité d’un contrôle politique par un Parti qui saura amener le communisme me laisse perplexe. C’est pourquoi je crois que le syndicalisme révolutionnaire reste des plus pertinent en proposant la prise de pouvoir politique par les organes propres à la classe ouvrière. Comment ces organisations peuvent-elles être à la fois « de classe » ET révolutionnaire, cela reste quand même à approfondir en ce qui me concerne.

Solidarité Ouvrière

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Parmi les camarades que nous côtoyons au sein de l’extrême-gauche, certains se demandent pourquoi nous nous définissons « communistes-ouvriers ». Pour certains camarades ce terme de « communisme-ouvrier » serait redondant puisque le communisme est par définition le mouvement de la classe ouvrière. D’autres considèrent qu’en se définissant ainsi on risque de se limiter à l’expérience et aux apports théoriques des camarades des partis communistes-ouvriers d’Iran et d’Irak. Ce petit texte vise à expliquer pourquoi nous nous définissons communistes-ouvriers.

Un peu d’histoire

Dans Le Manifeste du Parti Communiste, Marx et Engels se sont efforcés de différencier le communisme, c’est à dire le socialisme prolétarien, de tout un tas de courants socialistes non-prolétariens. Dans la première moitié du XIXème siècle, bien des couches et classes sociales se sentaient menacées par la mise en place de la société capitaliste et élaboraient ainsi des programmes et…

View original post 1 782 autres mots

Advertisements