Mots-clés

, ,

autoplant-iww

Cette représentation est un leg historique d’une époque révolue de la IWW. Elle tire son origine du temps où les socialistes et syndicalistes travaillaient sérieusement à développer de nouveaux modèles dans l’espoir de créer une véritable alternative à l’organisation capitaliste de l’économie.

Voici l’organigramme d’un syndicat d’une usine d’automobile selon le principe de One Big Union. La OBU se voulait être est le stade avancé/ultime d’implantation de la IWW dans toutes les industries qui aurait permis la gestion ouvrière de la production/distribution. Le mot « industrie » désigne ici l’ensemble des activités productrices organisées (contraire de l’artisanat). Ce n’est pas nécessairement un synonyme pour machinerie, capital et scientisme. Par exemple, les arts et le théâtre sont aussi organisés en une industrie qui peut être contrôlée et transformée par le pouvoir ouvrier/populaire à travers l’organisation des syndicats révolutionnaires.

Cette représentation est un leg historique d’une époque révolue de la IWW. Elle tire son origine du temps où les socialistes et syndicalistes travaillaient sérieusement à développer ce genre de modèle dans l’espoir de créer une véritable alternative à l’organisation capitaliste de l’économie. L’on retient moins cet héritage historique au profit des luttes syndicales plutôt anarcho-syndicalistes et pour la liberté d’expression.

Le syndicalisme industriel?

La différence avec les syndicats qui ne sont pas « industriels » (qu’on peut qualifier de syndicat de métiers) c’est qu’ici, les membres d’une même entreprise font parti de la même organisation syndicale. Ainsi tout le monde entre en grève sinon personne. Cela éviterait par exemple d’avoir des professeur-e-s en grève et des étudiant-e-s qui ne le sont pas. Ainsi les associations étudiantes représentent un leg du syndicalisme de métier qui peut être contré par l’union syndicale avec l’ensemble des travailleurs (intellectuels, manuels, etc) qui ont le même patron: l’admin. Cette union contre un même patron jette par la même occasion, les bases de l’organisation de gestion ouvrière future. D’où le lien entre le syndicalisme industriel et la OBU.

Par contre, d’un pays à l’autre les régimes syndicaux peuvent être très différents. Ne pensez pas comprendre le syndicalisme français à partir de ce que vous connaissez du Québec. Les États-Unis et le Canada ont pour leur part pratiquement le même régime syndical…

La roue de fortune… d’un curé révolutionnaire!

La fameuse roue qu’on voit a été inventé par un curé (ouais!). Le père Thomas J. Haggerty est aussi connu pour avoir écris le fameux préambule de la IWW. Elle se veut être une synthèse de l’ensemble des activités économiques d’une société telle qu’on la connait.

Une liste incomplète

Dans les années 1990 environ (peut-être plus tard), les IWW de New York (si je ne me trompe pas) ont voulu syndiquer des travailleuses du sexe. La IWW a donc dû ajouter à la liste le Sex Trade Workers Industrial Union 690, dans le département des Services Publiques. À ce que je sache, il n’y a pas aujourd’hui de syndicats de travailleuses du sexe qui se revendique de la IWW. Évidemment, dans la société le statu de Travailleurs-travailleuses du sexe est l’objet d’un débat sémantique puisque le terme suggère que ces personnes ne sont pas victimes d’une violence patriarcale, mais plutôt des travailleuses accomplissant une tâche particulière tel que définie par une société patriarcale comme les travailleuses de garderies peuvent l’être.

Et vous, où êtes-vous dans tout ça?

Voici la liste complète, vous pouvez vous amuser à trouver dans quelle section vous êtes. Prennons les étudiant-e-s par exemple. Pour les classer, allez-vous prioriser le domaine de leur étude ou le fait qu’ils/elles sont étudiant-e-s? Selon moi peut importe le sujet d’étude, les étudiant-e-s sont des travailleurs-travailleuses intellectuelles de l’éducation. Les classer en fonction de la nature de leur domaine d’étude reviendrait donc à les syndiquer par métier, ce qui ne correspond pas à la philosophie et la stratégie industrielle qui regroupe les travailleurs/travailleuses en fonction de leur ennemis communs: même patron, même syndicat. La forme actuelle reste pourtant imprécise au sein de la IWW. À ce que j’en sache, les étudiant-e-s IWW semblent plutôt former des réseaux solidaires de militant-e-s sans se préoccuper de questions organisationnelles orientée vers une union stratégique avec une perspective de contrôle ouvrier industriel. D’où l’importance de se rappeler la signification de la fameuse roue et ses principes syndicalistes industriels.

Une vision plus pédagogique que pratique

Bref le plus important ici c’est les principes sous-jacents. Des regroupements de syndicats IWW se forment en fonction des intérêts stratégiques. C’est le cas du syndicat des Services et nourriture qui regroupe les milieux où la IWW est la plus forte (Starbucks, Jimmy John’s et membres qui sont aussi encartés dans les TUAC).

Advertisements