Quand les maîtres tombent leurs collaborateurs reçoivent une claque
Le Manifeste de l’A.I.T Ukraine  (tirée du site de la CRAS)
signé par « un anarchiste »
merci pour la traduction de Aire Libre
Lire en anglais: http://www.aitrus.info/node/3532
En savoir plus sur la Confédération révolutionnaire des anarcho-syndicalistes (CRAS)
L’Association Internationale des Travailleurs-travailleures (A.I.T.) est une organisation anarcho-syndicaliste internationale surtout présente en Europe et à quelques endroits en Amérique Latine.

La lutte entre les différents groupes du grand capital – du pouvoir et de «l’opposition» – a conduit à la mise en œuvre des lois scélérates qui ont transformé l’Ukraine en un état policier.


Les forces d’extrême droite de ‘la partie droite de Maydan’, plus contrôlé par «l’opposition», sont allés à attaquer le Conseil des ministres situé à la rue Grushevsky à Kiev.

Cela a entraîné une confrontation brutale avec les forces répressives spéciales de ‘Berkut’, ‘Yaguar’ etc, et il a donné lieu à de nombreuses victimes parmi les manifestants. Les autorités ont franchi la ligne, démontrant la véritable essence de la démocratie bourgeoise. La situation dans la capitale ukrainienne est de plus en plus tendue.

Un anarchiste ukrainien de la Confédération Révolutionnaire des Anarcho-Syndicalistes (CRAS-AIT), réagi à l’incertitude ambiante provenant du fait que une large part des manifestant de la place Maïdan à Kiev sont d’extrême-droite. On voit ici une rune symbolisant la suprématie blanche et le drapeau noir et rouge horizontale de l’Armée insurrectionnelle d’Ukraine branche armée de branche armée de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), qui collabora avec l’occupant allemand pendant la seconde guerre mondiale par antisoviétisme. L’un de ses dirigeants, Stepan Bandera, est régulièrement encensé par le parti d’extrême-droite Svoboda.

La classe des travailleurs est maintenant confrontée à l’éternelle question « que faire » ? Que ce soit pour soutenir l’opposition ou le gouvernement. Aller à « Maydan » ou rester chez soi ? Soutenir « les autres » ou les politiques ou lutter pour le bonheur des travailleurs ?

La caractéristique des émeutes Ukrainiennes est qu’elle est animée par des militants d’extrême-droite. On voit ici des militant du parti Svoboda.

Il n’y a qu’une seule réponse à cette question: commencer par la défense de nos propres intérêts de classe: les intérêts des travailleurs salariés.

Certains se demandent, à juste titre, quel est le problème ? Pourquoi ni le gouvernement ni les entrepreneurs ne s’occupent de l’amélioration de la vie des travailleurs ?

La réponse est que le gouvernement et les propriétaires – bourgeoisie- veulent recevoir d’énormes profits mus par leur avidité, leur cupidité, l’individualisme et de l’égoïsme et de l’exploitation des travailleurs salariés.
Ils veulent dépenser le moins possible tout en voulant engranger le plus possible et par conséquent n’ont aucuns intérêts à vouloir l’amélioration de la vie des travailleurs.

Et parce que ces personnes ne se préoccupent pas de l’amélioration de leurs vies les travailleurs doivent se libérer eux-mêmes.

Comment agir? Tout d’abord s’unir dans les syndicats en lutte (syndicats révolutionnaires) pour la lutte collective et organiser des intérêts de classe. Il est nécessaire d’organiser des grèves pour obtenir l’augmentation de salaire au coût réel de la main-d’œuvre (salaire minimum pas moins de 500 euros par mois), la réduction du temps de travail à 6 heures par jour, le contrôle des travailleurs sur l’entreprise – aller à l’offensive contre le joug du pouvoir et du capital.

Quels seront les effets sur le pays ?

Premièrement, cela permettra de ne pas donner la flamme de l’affrontement entre le pouvoir et l’opposition et permettra aux masses de ne pas être entraînées dans le conflit armé.

Deuxièmement, la lutte pour de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés va augmenter le bien-être humain. Troisièmement, la croissance des salaires va augmenter le pouvoir d’achat des citoyens et ainsi donner un nouvel élan aux producteurs: la production de biens et de services va augmenter, et influencera la modernisation des équipements, outils, machines et autres moyens de production.

Par conséquent, le sort et le bien-être de l’Ukraine est principalement entre les mains des travailleurs qui dépend d’abord de la prise de conscience et la volonté des travailleurs salariés à défendre collectivement leurs intérêts de classe et pas les intérêts de la grande entreprise, des magnats et les politiciens. C’est le vrai moyen de sortir de la crise politique et économique.

Advertisements