Une économie du don – Notes sur les alternatives à l’économie de marché

Une économie du don
NOTES SUR LES ALTERNATIVES À L’ÉCONOMIE DE MARCHÉ
Il y a beaucoup de choses négatives dans l’économie capitaliste. En tout premier lieu son inégalité, inhumaine et révoltante. Le capitalisme est mû par l’exploitation. Sous la garantie de l’état, il gaspille et conduit à une perpétuelle surproduction dans certaines régions du monde alors que dans d’autres il organise la pénurie ou la famine. Pour masquer ces réalités, il évoque des « lois économiques ». Ces lois ne reposent sur rien. Ce sont des mythes. A l’inverse, beaucoup de choses qu’il raille dans d’autres formes possibles d’économie paraissent, à l’analyse parfaitement réaliste. Essayons d’en poser quelques grands principes.

Lire la suite

Advertisements

Radio Vostannie | « Qu’est-ce que l’Autonomie Ouvrière »

Mots-clés

, , , ,

Lire la description complète sur le site de Radio Vostannie en cliquant ici

Qu’est-ce que l’Autonomie Ouvrière ?
(O que é Autonomia Operária)

 TELECHARGER
93 minutes

qu2527est-ce2bque2bl2527autonomie2bouvri25c325a8re2b-2bvosstanie

Le Congrès de Belgrade de l’AIT (Communiqué du secrétariat international)

Mots-clés

, , , ,

congbel

Lire le communiqué original en anglais en cliquant ici

L’AIT a le plaisir d’annoncer le succès de son premier congrès dans la région des Balkans. Le Congrès marque une nouvelle ère pour l’AIT, qui a démontré son engagement pour le développement et la diffusion de l’anarchosyndicalisme dans de nouvelles régions à travers le monde.

Du 3 au 5 novembre 2017, un Congrès Extraordinaire de l’AIT a eu lieu à Belgrade, en Serbie. Le Congrès s’est tenu, extraordinairement, moins d’un an après le XXVI Congrès, qui a eu lieu à Varsovie. Malgré ce défi technique, le Congrès s’est à nouveau bien déroulé et a été accompagné de discussions sur des questions pratiques et des présentations publiques du travail des Sections.

Le choix d’organiser un congrès important à Belgrade peut être vu comme un acte de résistance face à l’État autoritaire, qui a essayé de criminaliser des camarades dans ce pays à plus d’une occasion.

Questions discutées au Congrès Lire la suite

« Pour l’éducation populaire 1849-2009 » Hugues Lenoir

Mots-clés

, ,

Suite à la lecture de ce très court livre (85 pages) sur l’éducation populaire, je souhaite vous partager mes impressions. Avant, je vous laisse lire la quatrième de couverture pour vous en faire une rapide idée.

500-ex-couveducationpopulaire

Le premier texte, quoi que fort intéressant, m’a moins rejoint car cette présentation du « Programme » demeure, tel un manifeste, dans les grandes lignes des principes d’une « éducation anarchiste ». Les liens qui sont tissés avec d’autres penseurs et l’importance de ces idées progressistes par rapport à leur époque (écrit avant l’avènement de l’anarchisme même) rend le texte fort instructif. Cela dit, c’est vraiment le deuxième texte que j’ai trouvé le plus pertinent, du moins face à mes attentes de vouloir faire de l’éducation populaire.

De ce deuxième texte, je retiens essentiellement que les premières Universités Populaires françaises n’étaient pas assez pédagogiques ou plutôt pas assez pragmatiques pour les classes ouvrières. Cette citation de Francis Delaisi (dans Lucien Mercier , Les Universités populaires, 1899-1914) montre bien le problème:

«Que demandait l’ouvrier? La connaissance précise et pratique de la société où il peine. Que lui a offert l’universitaire? La connaissance des métaphysiques, des littératures, des arts: en somme des distractions, une culture d’oisifs. Comme d’ordinaire le peuple demandait du pain, comme d’habitude on lui a offert de la brioche.»

Le texte suit en suite la démarche de la Dionyversité (dionyversite.org) en réponse à cette problématique.

En conclusion, ce livre est un peu court,. Il aurait été intéressant de développer de manière plus approfondit les tendances pratiques et théoriques dans les universités populaire d’aujourd’hui. De plus, le titre ne représente pas bien son contenu. Je l’aurais personnellement appelé « Universités populaires: des origines libertaires à une expérience d’aujourd’hui » car il n’y est pas vraiment question d’éducation populaire dans le sens où j’ai l’impression qu’on peut l’entendre au Québec du moins, soit la vulgarisation de notions politiques de changement social au sein des groupes sociaux militants.

Ni Espagne, ni Catalogne…

Mots-clés

ni catalogne ni espagne

« Les Pays catalans (Catalogne Nord, Pays valencien, la Franja, le Principat, l’Alguer et les Baléares) sont le résultat de l’expansion du pouvoir de Jacques Ier d’Aragon, du nettoyage ethnique sur les territoires conquis aux Sarrasins et de l’établissement de la population catalane sur les territoires annexés à la Couronne. Les nationalistes catalans prétendent maintenir durant des siècles ce statu quo hérité de Jacques Ier d’Aragon, de même que les nationalistes castillans prétendent maintenir le statu quo hérité de Philippe V.

Autant les uns que les autres prétendent appliquer leurs plans sur une population déterminée. Ils prétendent de forme consciente mouler la culture du pays à leur image et la faire évoluer dans le sens de leurs intérêts, en s’opposant et en essayant d’éviter le développement naturel des traits culturels et linguistiques des différentes communautés. Pour cette transformation culturelle planifiée on utilise les moyens de communication nationaux, et on crée des standards linguistiques, on enseigne les traits culturels que l’on désire dans les écoles de tout le territoire ou à l’extrême, on procède au nettoyage ethnique en favorisant le racisme. Lire la suite

Solidarité avec les chauffeurs d’Uber en grève en Indonésie!

Mots-clés

, , , , , ,

Appel solidaire de l’AIT

Solidarité avec les chauffeurs d’Uber!

jakarta

Source: http://www.iwa-ait.org/content/solidarity-uber-drivers

À travers le monde entier, les chauffeurs se sont opposés à UberExploitation. En Indonésie, les chauffeurs se sont organisés à travers KUMAN [KOMUNITAS UBER MAINSTREAM], aux côtés de camarades du PPAS [Persaudaraan Pekerja Anarko-Sindikalis – « Fraternité des travailleurs anarcho-syndicalistes »], ont organisés des manifestations et une grève contre les mauvaises conditions de travail. Plus de manifestations et de grèves sont prévues. Lire la suite

En ligne | «Notre maître le passé?!? Extrême-droite au Québec 1930-1998» par Eric Cartman – 1999

Cette brochure est en vente à la librairie anarchiste L’Insoumise. Pour une perspective plus récente visitez le site Cause Commune.

anti-fascisme

Table des matières

L’ère des dictateurs

Le fascisme au Québec

Le Nazisme au Québec

Les masses patriotiques

Le Québec et la France durant la Guerre

Entre purs…

Un Nazi après la guerre

Les temps changent

La réaction de Rumilly

Raymond Barbeau et L’Alliance Laurentienne

Un socialisme conservateur

Le néo-socialisme de Raoul Roy

La conversion indépendantiste du fascisme

Rumilly Réincarné : la deuxième fois, c’est encore mieux!

Des nouveaux racistes contre les premières nations

Luc Potvin et L’Espoir

L’indépendance politiquement incorrecte

Le grand chapiteau

Conclusion

Notes

Lire la suite

Le postmodernisme, une mode qui sape la critique sociale ? (Intervention de Renaud Garcia)

Si vous aimez ce texte, voir aussi « Une critique du Post-Anarchisme »: un texte acerbe, mais nuancé et constructif

Extrait de Courant Alternatif 263 d’octobre 2016
Le postmodernisme, une mode qui sape la critique sociale ?
Intervention de Renaud Garcia

Source du texte: Site web de l’Organisation Communiste Libertaire (OCL)

 

Les théories postmodernes doivent être critiquées, pas uniquement pour le plaisir de la joute intellectuelle. Ces idées à la mode exercent une réelle capacité d’influence dans les milieux altermondialistes, autonomes et alternatifs en nous proposant de passer d’une critique de l’exploitation, d’une critique du pouvoir qui s’exerce sur les exploités, à une critique des normes : la critique sociale revient alors à déconstruire toute norme, à desserrer l’« étau » des règles de vie collectives, ce qui conduit logiquement à une recherche frénétique de la singularité, à une sorte d’exode pour échapper à toute contrainte. D’un anarchisme social, lié à la lutte des classes on passe ainsi à un « anarchisme mode de vie » déjà critiqué en son temps par Bookchin.

Renaud Garcia, auteur du Désert de la critique (Paris, L’Échappée 2015), dans lequel il montre en quoi les théories de la « déconstruction » sapent la critique sociale, encouragent la marchandisation et le déferlement technologique et conviennent parfaitement à une société libérale et atomisée, est venu présenter son livre et animer un débat lors des rencontres libertaires de l’été organisées par l’OCL.

Lire la suite